top of page

Notre mission

        En 2016, nous, Suzanne Husky et Stéphanie Sagot, avons decidé de prendre les politiques agricoles comme objet d’étude central de notre collaboration. Depuis sa création en 1829, le Ministère de l’agriculture met en place des grands plans d’état pour une croissance exponentielle. Le lien au vivant de cette branche gouvernementale n’est pas clairement énoncé et reste souvent opaque voire invisible. Derrière les éléments de langage des discours prêts à s'engager pour le climat, la biodiversité ou le bien-être animal, des stratégies agricoles sont mises en place par les différents gouvernements et les lobbys de l’agrobusiness pour industrialiser, rationaliser, robotiser. C'est le développement de fermes usines, les grandes exploitations céréalières, l'agrivoltaïque, l'agro technologie qui sont encouragés dans une vision du monde mortifère fascinée par le progrès technologique pour dominer le vivant. 

 

 

       Que ce soit sous forme dystopique pour aborder l’horreur de l’élevage intensif (Nugget Show, 2016, Les diamants maquignons, 2017) ou de la géoingénierie (L’aventure du vivant, peau de vache ornée de ces techniques, 2022), écotopique pour envisager des futurs désirables et des sols vivants (Aux arbres ! Jardin agroforestier et fresque programmatique, 2020, Manifeste pour une agriculture de l’amour avec Hervé Coves, Livre et vidéo, 2020), ou sous forme d’archives revisitées mettant en exergue les pratiques et contradictions gouvernementales en termes d’agriculture (Eléments de langage, extraits de discours de ministres au fil des années, performance et édition – 2018, Eléments de langage : les actes, aquarelles de dirigeants plantant des arbres, depuis 2022, La salle des tweets, une œuvre 3D consacrée aux tweets du Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire, depuis 2022), nous oeuvrons pour une prise de conscience auprès des citoyen.ne.s et pour un amour de la Terre. 


 

Nous voulons un.e ministre de l’agriculture prêt.e à sortir de 10.000 ans de lutte contre les plantes. 

Nous voulons un.e ministre de l’agriculture prêt.e à œuvrer avec la Terre et les vivant.es.

Nous voulons un.e ministre de l’agriculture qui écoute la terre et les arbres. 

Nous voulons un.e ministre de l’agriculture qui dorme sous les étoiles et se souvienne des mythes. 

Nous voulons un.e ministre éveillée à la beauté de la vie. 

Nous voulons un.e ministre sensible. 

Nous voulons réapprendre à embrasser la terre. 

Nous voulons réapprendre à grandir en amour de la Terre. 

Nous voulons passer d’une civilisation de coupeurs d’arbres à une civilisation de planteurs et de planteuses d’arbres*. 

Nous ne voulons pas de ministre, 

Nous voulons… 

 

Le Nouveau Ministère de l’Agriculture

L'équipe

Stéphanie SAGOT

Ministre

Avant de faire ses premières armes en politique et d'occuper des fonctions ministérielles au sein du Nouveau Ministère de l'Agriculture, Stéphanie Sagot était artiste et maîtresse de conférences en art. Issue d’une famille d’ostréiculteu.rices, son travail multiforme à portée écologiste et féministe s'intéresse alors aux relations entre art et quotidien en les envisageant comme une modalité d’émancipation voire de résistance. En infiltrant le réel et en abordant les relations que l’être humain entretient avec son milieu, elle investit les sujets de l’agriculture, de l'alimentation ou encore du statut de la femme mis à l’épreuve des dominations imposées par l’ultra-libéralisme et l'extractivisme. Impliquée sur le terrain, une de ses premières réalisations envisagée comme une utopie concrète  a été de créer le centre d’art et de design La cuisine en 2004, qu'elle a dirigé jusqu'en 2016. Nourrie des écotopies de William Morris et de ses engagements nouant le politique et l’écologique à l’artistique, il s’est agi de mettre en perspective les conditions structurelles, anthropologiques et sociales pouvant lier l’art à ce territoire agricole et rural. Pour rejoindre les pensées de la philosophe Chantal Mouffe, elle pense qu’il est nécessaire d’élargir le champ d’intervention de l’art afin de s’opposer au programme de mobilisation totale du capitalisme. Ainsi, à travers divers projets curatoriaux, de création et de recherche, elle a engagé des dialogues entre élu.es, citoyen.nes, chercheur.ses et artistes autour de réalisations interrogeant nos modes de vie, nos actions sur le vivant.

Elle travaille également depuis 2004 avec Emmanuelle Becquemin au sein du duo Becquemin & Sagot. 

photographie Alex Bena

Suzanne HUSKY

Ministre

Avant d’être ministre du Nouveau Ministère de l’Agriculture, Suzanne Husky était une artiste du début 21ème siècle dont les enjeux de recherche étaient intimement liés à ceux de son époque : extractivisme et relations aux non humains, capitalocène, résistance anti-consumériste et précariat. Ses oeuvres pluri-disciplinaires regardent, digèrent la violence extraordinaire d’un certain occident de ce début de siècle. Un pan de son travail détourne des formes attendues et, en créant des décalages, propose des nouvelles lectures, comme les faïences ACAB, Jardin à la française sauvage, les tapis de guerres européennes.

Les matériaux qu’elle choisit s’inscrivent intentionnellement dans une histoire politique du paysage, la boue de forage, la terre locale, les plantes indigènes et les laines naturelles. Ses pièces engagent des rencontres et des collaborations variées avec des historiens, des habitants et des artisans dans les lieux où elle intervient.

Diplômée de l’école des beaux-arts de Bordeaux et certifiée en Paysagisme horticole à Merritt college, Oakland, Californie, Suzanne Husky a enseigné le paysage à l’ESAD d’Orléans pendant 2 ans. Elle vit et travaille en France et aux États-Unis.

bottom of page